Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Liens

Bienvenue

Méli-Mélo

Découverte

http://www.freedigiscrap.com/images/pub_digiscrap.jpg

15 janvier 2007 1 15 /01 /janvier /2007 22:24
La montagne se découpe
Sous un ciel bleu d'azur
Sur ses cimes des nuages s'enroulent
L'air semble si pur

Zébrant la voute céleste
Des avions ont laissé des traces
Et de mon regard j'embrasse
L'horizon de l'Ouest à l'Est

Annonçant du monde le réveil
Timidement apparaît le soleil
Messager d'une belle journée.
En ce début de matinée
La montagne de rose se teinte
Par un pinceau magique peinte
Des gouttes de rosée
Semblables à des perles
Luisent dans l'herbe verte

Dès l'aube les oiseaux
Cachés dans la verdure
Que forment les ramures
Font entendre leurs chants
En voletant gaiment
Quel merveilleux cadeau

Quand tout semble encore endormi
Une joie profonde m'envahit
Car cette heure matinale est mienne
Et toutes ces beautés m'appartiennent

Sur la place du village
Quelques boutiques ouvrent leurs portes
Le boulanger met en vitrine
Ses gateaux et viennoiseries
Qu'il offre aux regards gourmands
Des tout premiers passants
Le buraliste rentre journaux et magazines
Devant sa porte déposés
Les commerçants et clients se saluent
Criant "Bonjour", "Bonjour" d'une voix forte
En éclairant leur visage
 D'un sourire plein de chaleur.
Déjà quelques véhicules circulent
Travailleurs de nuits ou fêtards attardés
Croisent ceux qui vont à leur labeur

Une nouvelle journée commence
Et si je veux rentrer dans la danse
Mes activités dois reprendre
Et aux tâches journalières faire face
En attendant d'autres matins
Où le monde, à nouveau, sera mien.

surfingmoune
Repost 0
Published by surfingmoune - dans Poèmes
commenter cet article
14 janvier 2007 7 14 /01 /janvier /2007 20:24

Juste un sourire…

Souriez aux personnes qui croisent votre route
Sans raison aucune, sans malice et sans doute.
Souriez toujours à la vie.
Elle vous paraîtra plus jolie.
Souriez aussi à ceux que vous aimez.
Ils se sentiront plus légers.
Et si l'on vous rend votre sourire, vous vous sentirez mieux.
Un sourire sans fard est un coin de ciel bleu.
Si le sourire était une maladie
Je voudrais qu’il se répande tel une épidémie.
Un sourire ne vous coûte rien
Mais il peut faire beaucoup de bien.

On naît tous avec la capacité de sourire !

©Lonewolf2005

Chez Maya

Repost 0
Published by surfingmoune - dans Poèmes
commenter cet article
13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 19:43


La pluie frappe à mon carreau
Elle va faire grand bien au jardin
Je mets mes bottes et mon chapeau
Et mon ciré de vieux marin

La pluie d'Eté est un bienfait
Pour la terre tant assoiffée
Du sol monte la chaleur
Emplissant l'air de ses senteurs

Les escargots sont à la fête
Et partent à la conquête
De jeunes pousses de salade
Appréciées aussi des limaces

Les grenouilles en concert
Près de l'étang coassent
Et chantent à la cantonade
Canards, poules d'eau et colverts
Se jouant des gouttes de pluie
Sur l'onde glissent sans bruit

Après ma promenade, chez moi, je reviens
En pensant que, peut-être, demain
Le soleil brillera à nouveau
Et tout sera plus vert et plus beau.


surfingmoune













Repost 0
Published by surfingmoune - dans Poèmes
commenter cet article
13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 16:35

Benjamin était un petit garçon très gentil et très mignon qui possèdait une jolie chambre.
Comme beaucoup d'enfants il était très gaté et  il était impossible de fermer le couvercle de son  coffre à jouets tant il y avait de choses dedans.

Un soir tous ces joujoux se révoltérent :
"Regardez, j'ai perdu 3 roues, dit la voiture et je suis toute cabossée"
"Et moi j'ai un grand trou et suis crevé", dit le ballon
Nounours était devenu tout maigre ayant perdu presque toute sa ouate et il n'avait plus qu'un oeil.
Son socle étant cassé, le cheval à bascule se plaignit " Regardez-moi, je n'ai plus d'équilibre"
Benjamin ne jouait plus guère avec ses jouets abimés qui se lamentaient :
"Un jour on va tous nous jeter, et sans regrets" se disaient-ils.  "Nous qui avons été les compagnons de tant de jeux et toi Nounours le consolateur de tant de pleurs"
"Ce n'est vraiment pas juste de finir ainsi".
Si on tendait bien l'oreille, on pouvait tous les entendre se plaindre et se lamenter

                    Mais Benjamin avait trouvé d'autres jeux et ne prêtait aucune attention aux murmures de ses jouets.
Sa Maman en avait assez de voir toutes ces choses ab imées et qui ne servaient plus à rien.  Elle essayait bien de convraincre son petit garçon de s'en séparer mais il ne semblait pas d'accord.
 Or un matin où il était à l'école elle décida de faire du rangement, mit les jouets abimés dans un grand carton et porta le tout à la déchetterie.

Les joujoux avaient le coeur gros de quitter cette chambre douillette et de se retrouver au milieu de tous ces objets inutiles que les gens jetaient.


            Un des employés qui s'occupait de la déchetterie remarqua ce carton, le prit et constata que les jouets pouvaient , peut-être, être réparés.
"Je vais essayer", se dit-il, "si je n'y arrive pas je les rapporterai ici".
Oui, mais voilà, cet employé était un peu magicien.  Il rembourra, recousit, remit un oeil à Nounours qui aussitôt repris beaucoup d'allure.
Il mit un gros pansement sur le ventre du ballon et le reglonfla.  Pour le remercier, ballon fit de jolis bons bien hauts.
Il répara la voiture, lui remit des roues toutes neuves, lui enleva ses bosses et lorsqu'elle fut repeinte d'une belle couleur rouge elle redevint très belle.
 Toute joyeuse, elle se mit à rouler vite et sans bruit.
Le cheval à bascule put à nouveau se balancer sans effort.
Ce magicien répara ainsi tous les jouets qui étaient dans le carton.

            Comme il n'avait pas d'enfants il alla dans un foyer d'enfants malades et les leur offrit.
Tous ces petits furent ravis, quant aux jouets quelle joie pour eux d'avoir trouvé des petits amis.

 

 

surfingmoune

Repost 0
Published by surfingmoune - dans Histoires pour enfants
commenter cet article
13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 14:11

J'ai rêvé de parcourir le monde
J'ai rêvé de rencontres
De lieux non découverts
Aux confins de la terre

Etre exploratrice
Devenir journaliste
Voir d'autres visages
Et d'autres paysages
Sous toutes sortes de cieux
Orageux, gris ou bleus

Mes pas j'aurais imprimés
Dans ceux déjà gravés
Sur des sols déjà foulés
Ainsi aurais-je avancé
Durant de nombreuses années

Mais le temps a passé
Et ce ne fut qu'un rêve
Jamais réalisé

Cette soif d'aventures
Je l'ai concrétisée
A travers mes lectures
Mon esprit s'évade grâce aux livres
Et cette liberté m'enivre
Je vis intensément
Ces récits de voyages
Et toutes les images
Sous mes yeux défilant

Avec les ans vient la sagesse
Et je regarde avec tendresse
Tous ces rêves jalousement gardés
Sans jamais vouloir les oublier

Que n'ai-je plusieurs vies
Pour assouvir tous mes désirs

surfingmoune
Repost 0
Published by surfingmoune - dans Rêves
commenter cet article
11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 19:45

Mon jardin se réveille
Au sortir de l'hiver
Les dernières traces de neige
Fondent sous le soleil
Qui réchauffe la terre

Les oiseaux tout heureux
Lancent leurs chants joyeux
Et entre -eux rivalisent
Faisant des vocalises
Ils cherchent les brindilles
Pour batir les doux nids
Qui abriterons leurs familles
Il faut que leurs petits
Se trouvent  à l'abri
Bien cachés des matous
Et des autres voyous
Qui rodent et qui surveillent
Et de la pie voleuse
Qui n'est pas scrupuleuse
ainsi que leurs pareils

Tout un petit monde se réveille et fourmille
Les lézards au soleil se prélassent
Les perce-neige cédent la place
Aux jacynthes, tulipes, narcisses et jonquilles
Qui pointent vers le ciel
Leurs tendres pousses vertes.
Primevères et paquerettes
Constellent l'herbe nouvelle
Forsythias et jasmins
Eclairent d'un jaune vif
Les haies et les massifs
Qui bordent le chemin

Madame Tortue à pas lents
Fait l'inspection de son domaine
Et possession elle en reprend
Avec son air de Souveraine

Oh, combien j'aime cette saison
Quand volent les premiers papillons
Mon jardin est si beau
Quand vient ce renouveau.
surfingmoune
Repost 0
Published by surfingmoune - dans Poèmes
commenter cet article
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 23:29


Le petit garçon qui voulait voir les étoiles

C'est l'histoire d'un petit garçon qui vivait très heureux avec sa Maman, son Papa et son petit frère.  Ils habitaient une maison agréable, avec un jardin où les enfants pouvaient courir, sauter et jouer à tous les jeux qui intéressent les enfants de leur age.

    Ce petit garçon avait une passion : les étoiles et tout ce qui les entoure.  Il posait une foule de questions à son Papa qui savait beaucoup de choses et qui pouvait presque toujours lui répondre et les donner des explications.
Mais il arrive, quelquefois, que les Papas les plus érudits ne savent pas tout et le petit garçon continuait à poser des questions et semblait déçu lorsque son Papa ne pouvait lui donner de réponses.

Une nuit, alors qu'il était couché, il entendit une voix qui appelait "Petit garçon", "Petit garçon".  Il regarda autour de lui mais ne vit rien.  Son petit frère dormait tranquillement, ce n'était donc pas lui qui avait appelé.  Puis à nouveau "Petit garçon", "Petit garçon" et un petit TOC, TOC à la fenêtre qu'il alla ouvrir.
Dans le ciel il vit une LUNE toute ronde et lumineuse;  elle ressemblait à un visage jovial car il   avait l'impression d'y voir deux yeux et une large bouche qui lui souriait.
C'était la LUNE qui l'avait appelé.
Elle lui dit :
"Je sais que tu as très envie de voir les étoiles de très près, de savoir ce qui se passe dans le ciel, aussi, si tu le veux je peux t'emmener là-haut".
"Mais, je suis trop petit, comment ferais-je" dit le petit garçon.
"C'est très simple, regarde"
Et un rayon de LUNE descendit jusqu'à lui, l'invita à s'installer confortablement et lui proposa de partir.
"Mais que vont penser mes parents si ils ne me trouvent pas au réveil pour aller à l'école, ils vont s'inquiéter".
"Nous allons leur laisser un mot" dit le rayon de LUNE.
"Mais je ne sais pas encore écrire" répondit le petit garçon .
"Donne-moi une feuille de papier" dit le rayon de LUNE
Et en lettres lumineuses il inscrivit
"Papa, Maman, ne vous inquiétez pas, je suis parti voir les étoiles.  Je reviendrai bientôt".
Le petit garçon déposa ce petit mot sur son lit, sortit par la fenêtre qu'il referma soigneusement, sans faire de bruit car il ne voulait pas réveiller son petit frère, puis s'installa confortablement sur le rayon de LUNE qui commença son ascension.

Ils s'élevaient au-dessus des maisons, (le petit garçon en reconnut quelques unes comme étant celles de ses copains, de ses grands-parents, oncles et tantes, etc).  Certaines étaient encore allumées, ce qui signifiait que tout le monde ne dormait pas encore.
Ils passèrent au-dessus de la ville où mille lumières scintillaient. 
Ils survolèrent d'autres villes, des campagnes , des mers, des océans.
Comme l'eau était belle sous les étoiles, on aurait dit que des milliers de petits feux dansaient sur les vagues.
Il aperçut des volcans, certains étaient en éruption et crachaient de belles flammes aux couleurs vives allant du jaune à l'orange et au rouge.
Il passa au-dessus d'énormes montagnes dont les sommets étaient encore enneigés.
Il vit le désert et ses caravanes de chameaux, ses oasis.
Il aperçut des esquimaux, des forêts canadiennes, etc.
Il était si haut qu'il pouvait voir le monde.

Mais plus il montait plus il faisait froid et le petit garçon n'avait que son pyjama comme tout vêtement.  S'apercevant qu'il commençait à grelotter le rayon de LUNE lui dit :
"Je suis si large que je peux, sans problème, te servir de couverture" et il l'enveloppa douillettement, ainsi le petit garçon se réchauffa très vite.

Au-dessus d'eux il y avait le ciel d'un beau bleu foncé qui semblait percé de petits trous lumineux.  Mais au fur et mesure qu'ils s'en approchaient ces trous ressemblaient à des soleils.

Enfin ils arrivérent près de la LUNE qui l'accueillit avec un grand sourire.  Elle l'invita à choisir l'étoile qu'il aimerait aller voir de près.
Il désigna la plus grosse.

"Oh, l'Etoile du Berger" s'exclama la LUNE.  "C'est la première que tu vois briller lorsque la nuit descend sur la TERRE.  Sais-tu qu'elle a une belle histoire?
C'est elle qui conduisit les Bergers vers l'enfant Jésus lorsqu'il est né.
Allons donc lui rendre visite, elle te racontera certainement sa belle histoire car elle en est très fière".

Ils se rendirtent auprès d'elle et le petit graçon lui posa toutes les questions qui lui passaient par la tête.
Autourde lui, il voyait d'autres étoiles, un énorme SOLEIL, des planètes, tout un monde qu'il ne connaissait pas et qu'il était loin d'imaginer.

Le temps passa très vite et la LUNE lui dit :
"Petit garçon, il faut retourner chez toi, maintenant.  Mon rayon va te ramener".
"Pourrai-je revenir?" demanda le petit garçon.
"Oui, peut-être, un jour, mais dans très, très longtemps car il y a beaucoup d'enfants, qui comme toi, voudraient faire ce beau voyage et comme je ne peux pas vous emmener tous en même temps, cela me prendra de très nombreuses années pour satisfaire tout le monde.
Mais, je ne t'oubierai pas et je suis certaine que tu n'oublieras jamais tout ce que tu as vu ce soir. 
Au revoir gentil petit garçon".

Il se réinstalla confortablement sur le rayon de LUNE, et fit le voyage en sens inverse.
 Déjà le jour se levait sur certaines régions du globe et le paysage était très différent mais tout aussi passionnant.
Il arriva chez lui et après avoir dit un grand MERCI au rayon de LUNE, ouvrit la fenêtre de sa chambre et retourna se coucher.

Le petit mot lumineux était toujours sur son lit et comme ce n'était pas encore l'heure de se lever pour aller à l'école, il le prit, le plia délicatement et le déposa dans sa boite à trésors.

     Et souvent, le soir lorsqu'il voit le bon et gros visage rond de la LUNE qui semble lui sourire d'un air complice, il lui envoie un gros baiser et revoit en pensée le merveilleux voyage qu'il a fait.

Il aurait bien aimé en parler à ses copains mais il savait que personne ne voudrait le croire, alors il gardait pour lui ce beau secret en pensant que, peut-être, plus tard, quand il serait grand, il pourrait faire partie de l'équipe d'astronautes pour étudier ce qui se passe dans le ciel, voir de très près les étoiles et Madame la  LUNE.

 

surfingmoune

Repost 0
Published by surfingmoune - dans Histoires pour enfants
commenter cet article
7 janvier 2007 7 07 /01 /janvier /2007 15:23


Comme j'aimerais savoir écrire
Faire de belles phrases, pouvoir dire
Et exprimer mes sentiments
Dans un style autre que le banal
Que j'utilise journellement.

Les idées ne me manquent pas
Mais les écrire poétiquement
N'est vraiment pas évident
Les mots se bousculent dans ma tête
Mais les rimes ne sont pas de la fête
Les vers libres paraissent plus faciles
Encore faut-il qu'ils aient du style

Parler de quoi?
Dites le moi
Parler de ce qui m'entoure
Du quotidien, jour après jour,
Il faut qu'il soit bien raconté
Pour présenter quelque intérêt

Je reste devant ma feuille blanche
Yeux dans le vague, stylo en main
Cherchant l'inspiration en vain
Et si sur elle je me penche
Pour griffonner quelques bêtises
Vite effacées elles deviennent
Afin que personne ne les lisent
Pour ne pas rire de mes délires

Les belles phrases sont un régal
Pour le lecteur ou l'auditeur
J'ai beau me donner bien du mal
Je ne suis pas à la hauteur
Il faut que je me souvienne
Que n'est pas poète qui veut
Et que je n'ai pas été dotée
De cet art par une bonne fée

Alors faut-il se résigner
Et abandonner
Ce rêve tant désiré
Non, d'autres essais je ferai
Sans me décourager, jamais.

surfingmoune









































Repost 0
Published by surfingmoune - dans Rêves
commenter cet article
7 janvier 2007 7 07 /01 /janvier /2007 11:09


DESIR

Le jour où je disparaîtrais
Je voudrais être incinérée
Et mes cendres éparpillées
Dans le pré fleuri d'à-côté
Les fleurs ont toujours ravi mon coeur
Je leur dois beaucoup de bonheur
J'aimerais revivre parmi elles
Et aider à les rendre plus belles

Les ténèbres ne sont  pas pour moi
Elles ne m'ont jamais remplie de joie
Entendre les oiseaux chanter
Et les insectes bourdonner
Sentir le vent, la neige, le soleil et la pluie
Dormir avec les graines sous les feuilles tapies
Par de timides rayons, au Printemps réchauffées
Lorsque peu à peu s'éveille la nature
Pour une nouvelle aventure

Oh, merveille du monde
Je vous ai tant aimé
Que de vous ne peux me séparer
Et veux rester dans la ronde
Toute l'éternité
A l'heure de mon dernier soupir
C'est mon plus cher désir.
surfingmoune
Repost 0
Published by surfingmoune - dans Rêves
commenter cet article
7 janvier 2007 7 07 /01 /janvier /2007 09:33
A TOI L'INCONNU

Bonjour à toi l'inconnu
Que j'ai croisé dans la rue
Tu marchais tête baissée
Le regard au sol fixé
Tes épaules étaient voutées
Et tu paraissais fatigué
Quel drame, quel souci
Passent ainsi dans ta vie?
Tu semblais ne pas avoir envie
De faire face
Au temps qui passe

Je t'ai fait un petit sourire
Que tu n'as pas remarqué
Mais tu as du le sentir
Puisque tu m'as regardé
Je voulais seulement te dire
Que si ta taille tu redresses
Tu te sentiras plus combatif
Que ta vie est ton propre bien
Que ton avenir est le tien

Laisse de côté ta détresse
Sur demain porte un regard vif
On a tous quelques motifs
Pour au monde entier en vouloir
Mais il est en notre pouvoir
De ne pas se laisser détruire
Encore faut-il le vouloir
C'est plus facile de ne rien faire
De rester à pleurer misère
Que de se pousser à réagir

Seul tu ne seras jamais
Si aller vers les autres tu sais
Alors courage, mon ami
Avec passion conduis ta vie
Pour tout le monde brille le soleil
Qu'il éclaire toujours tes réveils
Je te souhaite de tout coeur
De savoir saisir le bonheur
surfingmoune
Repost 0
Published by surfingmoune - dans Poèmes
commenter cet article

Articles Récents