Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Liens

Bienvenue

Méli-Mélo

Découverte

http://www.freedigiscrap.com/images/pub_digiscrap.jpg

30 janvier 2022 7 30 /01 /janvier /2022 17:36

Oh là là le Féminin n'a guère la cote dans le genre grammatical.

J'en connais certaines qui vont grincer des dents et certains qui ne pourront pas s'empêcher de sourire.

Pourquoi dès que c'est UNE galère, c'est tout de suite féminin?

LA pluie, LA neige, LA grêle, LA tempête,

tout ça c'est au Féminin !

Pour le Masculin

C'est LE soleil, LE beau temps, LE printemps, LE paradis

Pauvre Féminin qui a encore

LA vaisselle, LA cuisine,

LA bouffe, LA poussière,

LA saleté, LA balayeuse

Et bien d'autres ....

Pour le Masculin

C'est LE café dans LE fauteuil avec LE journal

en regardant LE football

et ça pourrait être le bonheur si le Féminin

ne venait pas semer

LA discorde et LA chicane

 

Pour retrouver LE calme il vaut mieux laisser

LE genre décider

LE Féminin peut regarder LA télé mais

LE Masculin a LE Poste

et souvent le Masculin garde LA télécommande et LE contrôle

 

Dés que c'est sérieux ou important c'est tout de suite au Masculin 

On dit : UNE rivière, UNE mare d'eau

mais on dit :

UN Fleuve, UN Océan

On dit: UNE trottinette, mais UN avion à réaction!

Quand il y a UN problème dans UN avion 

C'est tout de suite UNE catastrophe !

C'est toujours LA faute d'UNE erreur de pilotage,

d'UNE panne d'essence, d'UNE mauvaise visibilité,

bref toujours à cause d'UNE connerie.

 

Mais alors là; attention :

Dés que LA connerie est faite par un homme

cela ne s'appelle plus UNE connerie mais UN impondérable.

Il n'y a pas si longtemps les Femmes avaient LA LOGIQUE

La bonne vieille LOGIQUE FEMININE.

Les hommes ont alors inventé:

LE Logiciel

 

Ils ont : LE Mariage, LE divorce

Mais il reste quelques avantages au Féminin:

LA Pension, LA Maison, LA carte de crédit,

Eux, ils  ont LE Découvert

 

Allons, gardons le sourire

 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 11:03

 

Pourquoi dit-on "Tirer à boulets rouges"

« Tirer à boulets rouges » consiste à critiquer de façon virulente quelqu’un ou quelque chose. Les reproches ont un tel degré de violence et ils sont si nombreux que toute défense est rendue difficile.

On doit cette expression à Frédéric-Guillaume Ier, roi de Prusse. Au XVIIIe siècle, il eut pour objectif d’augmenter la puissance et l’efficacité des canons de son armée. Pour y parvenir il fit chauffer les boulets dans une forge, avant de les utiliser contre les troupes ennemies. Le résultat fut à la hauteur de ses espérances. Les boulets ainsi rougis, envoyés à haute cadence, provoquaient non seulement des dégâts en raison de leur poids mais aussi des incendies dus à leur incandescence. L’extinction des feux mobilisaient alors une partie des combattants, affaiblissant les troupes. Cette technique était également très efficace en mer.

L’usage de cette expression au sens figuré se fit à la fin du XVIIIe siècle.

Contrairement aux armes qui utilisent une explosion pour causer des dégâts (comme les revolvers ou les fusils), l’arme blanche nécessite l’action de l’homme. Elle englobe toutes les armes dont l’action est due à la force humaine et sont composées d’une lame.

Mais les lames des couteaux ou des épées ne sont pas blanches. Elles ont la couleur de leur métal, brun, gris ou argenté.

Elles ne sont dites « blanches » que par opposition au 17ème siècle avec les armes à feu dites « bronzées », c’est à dire d’un métal doré. D’une part les lames étaient fabriquées en acier « blanc » et non dans un métal de couleur. Ensuite elles n’étaient pas enduites comme les armes à feu d’un produit foncé anti-rouille. L’oxydation générée aurait endommagé et abimé le tranchant. Enfin le terme « blanc » signifiait en ancien français « brillant » ce qui était le cas des lames astiquées.

D’un individu zélé avec sa hiérarchie, que ce soit un professeur ou un supérieur, on dit dans le langage populaire que c’est un fayot.

Ce terme trouve son origine au XIXe siècle dans le monde de la marine. Des haricots étaient alors fréquemment servis à bord des navires militaires en raison de leur faible coût et de leurs caractéristiques de conservation. Mais ils ne faisaient pas l’unanimité chez les marins. Pourtant ils revenaient fréquemment au menu. Par analogie on se mit à nommer ceux qui malgré des inimités flagrantes parvenaient à voir leur contrat renouvelé grâce à des flatteries adressées à leurs supérieurs hiérarchiques. Tout comme les fayots ils n’étaient pas aimé mais maintenaient leur place.

Un mot de l’expression connexe, « c’est la fin des haricots ». Elle trouve son origine dans les internats du début du 20ème siècle. Quand les réserves de nourriture étaient vides, des haricots étaient servis aux élèves. Ce légume était considéré comme un aliment plutôt médiocre. Quand même les haricots venaient à manquer, cela signifiait que la situation était catastrophique. D’où l’expression souvent ironique « c’est la fin des haricots » employée quand c’est la fin de tout et qu’il n’y a plus d’espoir.

On peut dire d’une personne fainéante qu’elle est un «tire-au-flanc». Elle cherche continuellement à échapper à l’effort et au travail.

Cette expression trouve son origine au milieu du 19ème siècle dans l’armée. Lors des affrontements sur le champ de bataille les combats les plus violents et mortels avaient toujours lieu à l’avant des troupes, en première ligne.

Par contraste il y avait moins de dégâts sur les côtés. Ces zones d’affrontements ne subissaient presque jamais d’attaques directes. Il y avait donc moins de morts qu’à l’avant.

Aussi les soldats fuyant les premières lignes du front pour se réfugier dans ces zones de combat moins dangereuses « tiraient au flanc » au sens propre.

Progressivement c’est par cette expression que les autres combattants se mirent à nommer ceux qui adoptèrent un comportement dénué d’héroisme.

Par la suite l’expression a gardé une connotation moqueuse tout en trouvant à s’appliquer à tous les domaines de la vie, notamment le travail et les corvées.

Quelle est l’origine de l’expression un « coup de semonce » ?

Un « coup de semonce » est un avertissement accompagné de menaces. Elle est aussi de nos jours un acte ou une déclaration, preuve de force, voulu comme le dernier avertissement avant des mesures hostiles.

Si le verbe « semoncer » était déjà utilisé au 15ème siècle pour exprimer l’idée de « convoquer en vue de punir », ce n’est qu’au début du 17ème que le terme fut utilisé dans la marine pour désigner un ordre donné à un navire de montrer ses couleurs, c’est-à-dire son drapeau, permettant de l’identifier. Le coup de canon tiré à blanc se nommait alors ainsi. Il était interprété par le navire destinataire comme l’ultime avertissement avant l’attaque. 

Puis au début du 19ème siècle le « coup de semonce » ne fut plus limité à la sommation dans le seul usage de la marine. Il passa dans le langage courant pour devenir un avertissement le plus souvent accompagné d’une menace.

 

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2022 6 15 /01 /janvier /2022 02:12

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2022 4 13 /01 /janvier /2022 20:20

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2022 1 10 /01 /janvier /2022 00:19

Bonjour à tous et à toutes

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2021 5 24 /12 /décembre /2021 17:35

 

  • J'ai toujours aimé les cartes vintage aussi j'ai plaisir à en partager quelques unes avec vous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2021 6 18 /09 /septembre /2021 14:41

 

Notre langue française est riche en expressions utilisant les insectes et autres petites bestioles.

 Les petites bêtes

Symboles de folie, de colère, de bougeotte ou de méfiance, les insectes titillent notre esprit.

Images et explications prises sur le Net

En voici quelques exemples

 

 

Etre piqué de la tarentule

La tarentule, grosse araignée venimeuse,  a longtemps effrayé les habitants de Tarente, en Italie, qui croyaient que sa morsure provoquait des accidents nerveux.

Une crainte qui a donné naissance à cette expression, synonyme d’ardente passion ou de folie douce.

La déraison et les insectes font d’ailleurs bon ménage, comme dans « avoir une araignée au plafond », un hanneton dans le plafond ou des papillons dans le compteur.

 

Tomber comme des mouches

Qu’il s’agisse de « tomber, crever ou tuer comme des mouches » l’expression souligne la quantité et la dérision.  Les victimes sont réduites au rang d’insectes.  Insignifiante, la mouche est dans la ligne de mire, comme dans « faire  mouche » viser juste.

Pas étonnant qu’elle symbolise l’innocence « qui  ne fait pas mal à une mouche « est bien incapable de nuire.

Infimes, rapides et insaisissables les insectes s’associent à la perfection à l’image de la ruse.

Depuis le XVIIe siècle une « fine mouche » qualifie ainsi une personne astucieuse.  Dans le viel argot, une mouche désignait même un espion.

Une métaphore qui a donné vie au terme « mouchard » encore usité.

Prendre la mouche

Pas la peine de chercher loin la petite bête!

Cette expression s’appliquait  d’abord littéralement aux bestiaux et aux chevaux qui trépignent et s’irritent de la piqûre de l’insecte.

Depuis le XVIIè siècle, son emploi s’est étendu, au sens figuré.  Ainsi, une personne « prend la mouche » quand elle s’emporte soudainement.  Un sursaut de colère, repris dès le XVIIè siècle , dans la métaphore « quelle mouche te pique ». Une question bien souvent sans réponse.

Jouer la mouche du coche

Le mot coche, grande voiture tirée par des chevaux, ancêtre de la diligence, n’est plus vraiment d’actualité.

Mais, étrangement, cette expression stigmatisant une personne qui ne s’empresse qu’en apparence tout en prétendant apporter une aide précieuse est toujours aussi vivace dans notre vocabulaire.

L’origine de cette popularité?  Une fable de La Fontaine, au XVIIè siècle, intitulée « Le coche et la mouche ».

Sous la plume de l’auteur, ce minuscule insecte se vante en effet d’assister « six forts chevaux » complètement épuisés tirer un coche.

La «mouche « pense à tout moment qu’elle fait aller la machine ».

Une vantardise à l’oeuvre également dans l’expression « faire mouche d’un éléphant » qui signifiait autrefois exagérer la situation.

 

Avoir le cafard

Emprunté à l’arabe « Kéfir » (incroyant) désigne d’abord un bigot puis un délateur, d’où le verbe « cafarder », c’est à dire dénoncer.

L’expression ‘avoir le cafard’ autrement dit broyer du noir, est repérée dans « Les fleurs du mal » en 1857.  Beaudelaire associe le sentiment de tristesse à l’insecte, par référence à ses moeurs nocturnes.

Depuis « le coup de cafard » a la cote.

Avoir le bourdon : idem, ne pas avoir le moral

Avoir la puce à l’oreille

Qui mieux que cet insecte sauteur, ce parasite qui s’immisce partout, pour qualifier le doute et la méfiance?

Pourtant dans  ses premières assertions, au XIIe siècle, cette expression désignait des démangeaisons amoureuses!

Mais cette connotation érotique a peu à peu laissé place, au XVIIè siècle à l’idée d’inquiétude, puis à l’éveil d(un soupçon.

Le mot « Puce »  est souvent utilisé en guise de surnom affectueux (ma puce), ce terme s’applique à des personnes de petite taille.

Son diminutif « puceron » le cauchemar des jardiniers, désigne aussi un enfant minuscule.

« Excité  comme une puce » qualifie une agitation brusque et désordonnée , « étourdi comme un hanneton » pointait autrefois du doigt la distraction.  En effet, en vol, cet insecte se heurte à tous les obstacles.

Le papillon insecte mythique

Léger et gracieux, le papillon a nourri les imaginaires.  Et que dire de ses métamorphoses.  Pour de nombreuses civilisations, la chrysalide qui se brise est un vibrant symbole de résurrection.  Sur les fresques  aztèques, le papillon représentait l’âme des guerriers tombés sur le champ de bataille.

Dans l’Antiquité, les Romains croyaient que le souffle vital s’échappait des dépouilles, paré d’ailes bigarrées.

En Orient, les Japonais lui ont consacré plusieurs mythes, comme celui du jardinier immortel  Yuan-Ko.  Certains même de murmurer que son épouse  était … un ver à soie.

Courir après les papillons

Avant de tomber en désuétude « courir après les papillons » ou « faire  le papillon » s’occuper de choses futiles.

Le verbe « papillonner » a depuis repris le sens d’errer sans jamais se fixer (XVIIè siècle) puis de voltiger d’un sujet à l’autre sans se concentrer (début du XXè siècle).

A XVIIè siècle, « Papillon » il désignait une personne volage.  Au milieu du XIXè siècle, son emploi s’est étendu pour désigner quelqu’un de versatile.

 

La Fourmi

Avant même la fable de La Fontaine « La cigale et le fourmi » cette dernière qualifiait déjà une personne à la fois laborieuse et économe.  La comparaison fait référence au travail obstiné et sans relâche de l’insecte.

Avoir des fourmis dans les jambes  

Sentir des picotements dûs à une mauvaise circulation du sang ; avoir envie de bouger ; avoir envie de partir ; avoir envie de passer à l'action ; avoir une forte envie de se déplacer

Cette expression, qui date de la première moitié du XIXe siècle, vient simplement des picotements que l'on ressent, principalement dans un membre, lorsqu'une mauvaise position gardée pendant trop longtemps bloque la circulation sanguine normale.
Cette sensation est comparable à celle que provoquerait une armée de fourmis qui grouillerait sur la peau.
Par extension, comme il faut remuer pour faire disparaître ces 'fourmis', on utilise aussi cette locution pour quelqu'un que l'envie de bouger ou de partir démange.

 

Cet insecte à grande pattes a été successivement synonyme de prostituée à la fin du XVIIIè siècle, de femme maigre au milieu du XIXè siècle puis de fille dans un sens péjoratif.

 

La Guêpe

Jadis, une personne astucieuse est dite fine guêpe.

Au XIXè siècle cet insecte désigne encore la femme maligne, voire railleuse.

Une vivacité d’esprit encore à l’oeuvre dans la locution moderne ; pas folle la guêpe!

Avoir une taille de guêpe : être très mince, garder la ligne

Se fourrer dans un sale guêpier : se mettre dans une situation où l’on s’attire des ennui

 

La limace

L’animal est visqueux et lent et se prête parfaitement aux comparaisons dépréciatives.

On qualifie de limace une personne molle de caractère, sans volonté aucune

 

Etre nu comme un ver : totalement nu

Tirer les vers du nez : faire en sorte de soutirer une information à quelqu’un

Datant au moins du XVe siècle cette expression serait issue des « vers rinaires » parasites du nez, une maladie assez répandue à l’époque

Cependant beaucoup avait honte de dire au médecin qu’ils en été affectés.  Ce dernier était alors obligé de les soumettre à un interrogatoire pour les faire parler.  On disait alors qu’il leur « tirer les vers du nez ».

 

 

Partager cet article
Repost1
11 septembre 2021 6 11 /09 /septembre /2021 13:41

 

                                                            Coiffeur

Activité fourre-tout au XIIè siècle, ce métier a connu bien des mutations.

Les coupeurs de cheveux, un métier juteux au XIXè siècle.

Des commerçants peu scrupuleux s’adonnaient à l’époque à un trafic de cheveux très prospère.  Sur la place du village, les jours de foire, ils présentaient un étalage riche en étoffes, rubans et autres babioles.  Leur but  : inciter les femmes à sacrifier leur chevelure ou un bout de natte contre quelques articles de faible valeur.

Les marchands opéraient souvent l’été, période propice pour se débarrasser de sa toison, et sectionnaient la chevelure en de rapides coups de ciseaux de peur que la cliente ne change d’avis..

Vendre ses cheveux était alors considéré comme un déshonneur.

Le butin était ensuite revendu à des perruquiers .

Les marchands de cheveux ont mis fin à leur activité lors de la Première Guerre Mondiale, mais pratiquent toujours dans certaines contrées comme en Inde.

                                                C’était … un Barbier

Au Moyen Age , le coiffeur officie surtout en tant que barbier.

Dans son échoppe, muni de son coupe-chou, il rase et coupe les cheveux mais pratique aussi des saignées, arrache les dents et panse les blessures.

Déjà, quelques perruquiers soignent en privé les têtes princières.

Les élégantes sont alors coiffées par leurs femmes de chambre, appelées chambrières.

Au XVIIè et XVIIIè siècles le métier change grâce à la mode des perruques pour hommes.  Le roi Louis XIV, qui arbore de luxueux et volumineux postiches pour rehausser sa stature, crée une corporation de 200 perruquiers en 1656.  Mais la Révolution entraîne la disparition des postiches poudrés comme celle de leurs fabricants.

Entre temps les barbiers ont troqué le bistouri contre des ciseaux et se consacrent, dès la fin du XIXè siècle, à la coupe de cheveux pour hommes.

Les coiffeurs pour dames ouvrent les portent de leurs premiers salons spécialisés au début du XXè siècle.

Des expressions au salon

Cartonner madame.

On emploie cette expression pour dire que l’on fixe une coiffure avec de la laque.

Déboiser la colline

Une image expressive qui traduit simplement le fait de couper les cheveux.

Monter  en choucroute

Cette locution fait allusion au plat garni et signifie donner du volume et de la hauteur à une coiffure.

Etre coiffé comme un dessus de bras

On décrit ainsi une personne qui se montre très mal coiffée.

Eplucher le cheveu ou le vider

Le vocabulaire utilisé est proche de celui réservé à la description des légumes et des fruits.  Ici la locution veut dire « effiler » enlever de l’épaisseur à la chevelure.

Passer à la cuisson

S’emploie pour la cliente qui met la tête sous le casque pour sécher ses cheveux.  

    Des mots autour de la coiffure 

Un merlan, en argot, surnom donné au coiffeur.

Ce sobriquet s’adressait aux perruquiers qui poudraient les postiches à l’aide de farine, de même que l’on saupoudre le poisson avant de le frire.

Un coiffe-tif ou un tiftire autre surnom donné aux coiffeurs.

Un barbouilleur, technicien spécialisé aussi bien dans la teinture que dans la permanente.

                                                Le bigoude

                           Diminutif du petit objet qu’est le bigoudi.

                                              Une choucroute

                Chignon volumineux de cheveux crêpés sur le haut de la tête.

 

                                                     Une pâquerette

                                         Colorant raté qui fait des tâches

                 

Expressions avec le mot cheveux

  • Arriver comme un cheveu sur la soupe = Arriver à l’improviste
  • Avoir les cheveux en bataille = Être décoiffé, échevelé
  • Avoir mal aux cheveux = Avoir mal à la tête
  • Avoir un cheveu sur la langue = Zozoter
  • C’est tiré par les cheveux =  se dit de quelque chose qui n’est pas logique, simplifié à l’excès
  • Avoir les cheveux au vent = être au grand air
  • Couper les cheveux en quatre = Être tatillon, être très minutieux
  • Faire dresser les cheveux sur la tête = Inspirer un sentiment d’horreur
  • Il s’en est fallu d’un cheveu … = Cela a failli arriver, se produire
  • Manquer d’un cheveu = Manquer de peu, échouer de peu
  • S’arracher les cheveux = Être furieux, désespéré
  • Se faire des cheveux blancs = Se faire du souci
  • Se manger les cheveux en salade = Avoir peu à manger
  • Se prendre aux cheveux = Se battre

                 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2021 6 04 /09 /septembre /2021 10:58

 

Les affiches scolaires

Avant les diapositives et les rétroprojecteurs, les affiches scolaires étaient un outil indispensable de l'enseignement.

Ces affiches étaient accrochées au mur ou au tableau.

Les maîtres et les maîtresses d'école les utilisaient pour illustrer les cours.

Elles focalisaient l'attention de tous les élèves sur un même point, indiqué avec une règle en bois.

Les écoliers pouvaient ainsi travailler en commun.

Les affiches seront utilisées jusque dans les années 1980.

C'était "l'éducation par l'image"

Aujourd'hui, toutes les connaissances du monde sont accessibles en seulement quelques clics.

Il y avait quelques règles à respecter

 

 

La lecture

 

 

Les cartes

 

Tableau mural poids et mesures

 

 

 

 

L'alcool

 

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2021 6 28 /08 /août /2021 17:02

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents