Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Liens

Bienvenue

Méli-Mélo

Découverte

http://www.freedigiscrap.com/images/pub_digiscrap.jpg

18 septembre 2021 6 18 /09 /septembre /2021 14:41

 

Notre langue française est riche en expressions utilisant les insectes et autres petites bestioles.

 Les petites bêtes

Symboles de folie, de colère, de bougeotte ou de méfiance, les insectes titillent notre esprit.

Images et explications prises sur le Net

En voici quelques exemples

 

 

Etre piqué de la tarentule

La tarentule, grosse araignée venimeuse,  a longtemps effrayé les habitants de Tarente, en Italie, qui croyaient que sa morsure provoquait des accidents nerveux.

Une crainte qui a donné naissance à cette expression, synonyme d’ardente passion ou de folie douce.

La déraison et les insectes font d’ailleurs bon ménage, comme dans « avoir une araignée au plafond », un hanneton dans le plafond ou des papillons dans le compteur.

 

Tomber comme des mouches

Qu’il s’agisse de « tomber, crever ou tuer comme des mouches » l’expression souligne la quantité et la dérision.  Les victimes sont réduites au rang d’insectes.  Insignifiante, la mouche est dans la ligne de mire, comme dans « faire  mouche » viser juste.

Pas étonnant qu’elle symbolise l’innocence « qui  ne fait pas mal à une mouche « est bien incapable de nuire.

Infimes, rapides et insaisissables les insectes s’associent à la perfection à l’image de la ruse.

Depuis le XVIIe siècle une « fine mouche » qualifie ainsi une personne astucieuse.  Dans le viel argot, une mouche désignait même un espion.

Une métaphore qui a donné vie au terme « mouchard » encore usité.

Prendre la mouche

Pas la peine de chercher loin la petite bête!

Cette expression s’appliquait  d’abord littéralement aux bestiaux et aux chevaux qui trépignent et s’irritent de la piqûre de l’insecte.

Depuis le XVIIè siècle, son emploi s’est étendu, au sens figuré.  Ainsi, une personne « prend la mouche » quand elle s’emporte soudainement.  Un sursaut de colère, repris dès le XVIIè siècle , dans la métaphore « quelle mouche te pique ». Une question bien souvent sans réponse.

Jouer la mouche du coche

Le mot coche, grande voiture tirée par des chevaux, ancêtre de la diligence, n’est plus vraiment d’actualité.

Mais, étrangement, cette expression stigmatisant une personne qui ne s’empresse qu’en apparence tout en prétendant apporter une aide précieuse est toujours aussi vivace dans notre vocabulaire.

L’origine de cette popularité?  Une fable de La Fontaine, au XVIIè siècle, intitulée « Le coche et la mouche ».

Sous la plume de l’auteur, ce minuscule insecte se vante en effet d’assister « six forts chevaux » complètement épuisés tirer un coche.

La «mouche « pense à tout moment qu’elle fait aller la machine ».

Une vantardise à l’oeuvre également dans l’expression « faire mouche d’un éléphant » qui signifiait autrefois exagérer la situation.

 

Avoir le cafard

Emprunté à l’arabe « Kéfir » (incroyant) désigne d’abord un bigot puis un délateur, d’où le verbe « cafarder », c’est à dire dénoncer.

L’expression ‘avoir le cafard’ autrement dit broyer du noir, est repérée dans « Les fleurs du mal » en 1857.  Beaudelaire associe le sentiment de tristesse à l’insecte, par référence à ses moeurs nocturnes.

Depuis « le coup de cafard » a la cote.

Avoir le bourdon : idem, ne pas avoir le moral

Avoir la puce à l’oreille

Qui mieux que cet insecte sauteur, ce parasite qui s’immisce partout, pour qualifier le doute et la méfiance?

Pourtant dans  ses premières assertions, au XIIe siècle, cette expression désignait des démangeaisons amoureuses!

Mais cette connotation érotique a peu à peu laissé place, au XVIIè siècle à l’idée d’inquiétude, puis à l’éveil d(un soupçon.

Le mot « Puce »  est souvent utilisé en guise de surnom affectueux (ma puce), ce terme s’applique à des personnes de petite taille.

Son diminutif « puceron » le cauchemar des jardiniers, désigne aussi un enfant minuscule.

« Excité  comme une puce » qualifie une agitation brusque et désordonnée , « étourdi comme un hanneton » pointait autrefois du doigt la distraction.  En effet, en vol, cet insecte se heurte à tous les obstacles.

Le papillon insecte mythique

Léger et gracieux, le papillon a nourri les imaginaires.  Et que dire de ses métamorphoses.  Pour de nombreuses civilisations, la chrysalide qui se brise est un vibrant symbole de résurrection.  Sur les fresques  aztèques, le papillon représentait l’âme des guerriers tombés sur le champ de bataille.

Dans l’Antiquité, les Romains croyaient que le souffle vital s’échappait des dépouilles, paré d’ailes bigarrées.

En Orient, les Japonais lui ont consacré plusieurs mythes, comme celui du jardinier immortel  Yuan-Ko.  Certains même de murmurer que son épouse  était … un ver à soie.

Courir après les papillons

Avant de tomber en désuétude « courir après les papillons » ou « faire  le papillon » s’occuper de choses futiles.

Le verbe « papillonner » a depuis repris le sens d’errer sans jamais se fixer (XVIIè siècle) puis de voltiger d’un sujet à l’autre sans se concentrer (début du XXè siècle).

A XVIIè siècle, « Papillon » il désignait une personne volage.  Au milieu du XIXè siècle, son emploi s’est étendu pour désigner quelqu’un de versatile.

 

La Fourmi

Avant même la fable de La Fontaine « La cigale et le fourmi » cette dernière qualifiait déjà une personne à la fois laborieuse et économe.  La comparaison fait référence au travail obstiné et sans relâche de l’insecte.

Avoir des fourmis dans les jambes  

Sentir des picotements dûs à une mauvaise circulation du sang ; avoir envie de bouger ; avoir envie de partir ; avoir envie de passer à l'action ; avoir une forte envie de se déplacer

Cette expression, qui date de la première moitié du XIXe siècle, vient simplement des picotements que l'on ressent, principalement dans un membre, lorsqu'une mauvaise position gardée pendant trop longtemps bloque la circulation sanguine normale.
Cette sensation est comparable à celle que provoquerait une armée de fourmis qui grouillerait sur la peau.
Par extension, comme il faut remuer pour faire disparaître ces 'fourmis', on utilise aussi cette locution pour quelqu'un que l'envie de bouger ou de partir démange.

 

Cet insecte à grande pattes a été successivement synonyme de prostituée à la fin du XVIIIè siècle, de femme maigre au milieu du XIXè siècle puis de fille dans un sens péjoratif.

 

La Guêpe

Jadis, une personne astucieuse est dite fine guêpe.

Au XIXè siècle cet insecte désigne encore la femme maligne, voire railleuse.

Une vivacité d’esprit encore à l’oeuvre dans la locution moderne ; pas folle la guêpe!

Avoir une taille de guêpe : être très mince, garder la ligne

Se fourrer dans un sale guêpier : se mettre dans une situation où l’on s’attire des ennui

 

La limace

L’animal est visqueux et lent et se prête parfaitement aux comparaisons dépréciatives.

On qualifie de limace une personne molle de caractère, sans volonté aucune

 

Etre nu comme un ver : totalement nu

Tirer les vers du nez : faire en sorte de soutirer une information à quelqu’un

Datant au moins du XVe siècle cette expression serait issue des « vers rinaires » parasites du nez, une maladie assez répandue à l’époque

Cependant beaucoup avait honte de dire au médecin qu’ils en été affectés.  Ce dernier était alors obligé de les soumettre à un interrogatoire pour les faire parler.  On disait alors qu’il leur « tirer les vers du nez ».

 

 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2021 6 11 /09 /septembre /2021 13:41

 

                                                            Coiffeur

Activité fourre-tout au XIIè siècle, ce métier a connu bien des mutations.

Les coupeurs de cheveux, un métier juteux au XIXè siècle.

Des commerçants peu scrupuleux s’adonnaient à l’époque à un trafic de cheveux très prospère.  Sur la place du village, les jours de foire, ils présentaient un étalage riche en étoffes, rubans et autres babioles.  Leur but  : inciter les femmes à sacrifier leur chevelure ou un bout de natte contre quelques articles de faible valeur.

Les marchands opéraient souvent l’été, période propice pour se débarrasser de sa toison, et sectionnaient la chevelure en de rapides coups de ciseaux de peur que la cliente ne change d’avis..

Vendre ses cheveux était alors considéré comme un déshonneur.

Le butin était ensuite revendu à des perruquiers .

Les marchands de cheveux ont mis fin à leur activité lors de la Première Guerre Mondiale, mais pratiquent toujours dans certaines contrées comme en Inde.

                                                C’était … un Barbier

Au Moyen Age , le coiffeur officie surtout en tant que barbier.

Dans son échoppe, muni de son coupe-chou, il rase et coupe les cheveux mais pratique aussi des saignées, arrache les dents et panse les blessures.

Déjà, quelques perruquiers soignent en privé les têtes princières.

Les élégantes sont alors coiffées par leurs femmes de chambre, appelées chambrières.

Au XVIIè et XVIIIè siècles le métier change grâce à la mode des perruques pour hommes.  Le roi Louis XIV, qui arbore de luxueux et volumineux postiches pour rehausser sa stature, crée une corporation de 200 perruquiers en 1656.  Mais la Révolution entraîne la disparition des postiches poudrés comme celle de leurs fabricants.

Entre temps les barbiers ont troqué le bistouri contre des ciseaux et se consacrent, dès la fin du XIXè siècle, à la coupe de cheveux pour hommes.

Les coiffeurs pour dames ouvrent les portent de leurs premiers salons spécialisés au début du XXè siècle.

Des expressions au salon

Cartonner madame.

On emploie cette expression pour dire que l’on fixe une coiffure avec de la laque.

Déboiser la colline

Une image expressive qui traduit simplement le fait de couper les cheveux.

Monter  en choucroute

Cette locution fait allusion au plat garni et signifie donner du volume et de la hauteur à une coiffure.

Etre coiffé comme un dessus de bras

On décrit ainsi une personne qui se montre très mal coiffée.

Eplucher le cheveu ou le vider

Le vocabulaire utilisé est proche de celui réservé à la description des légumes et des fruits.  Ici la locution veut dire « effiler » enlever de l’épaisseur à la chevelure.

Passer à la cuisson

S’emploie pour la cliente qui met la tête sous le casque pour sécher ses cheveux.  

    Des mots autour de la coiffure 

Un merlan, en argot, surnom donné au coiffeur.

Ce sobriquet s’adressait aux perruquiers qui poudraient les postiches à l’aide de farine, de même que l’on saupoudre le poisson avant de le frire.

Un coiffe-tif ou un tiftire autre surnom donné aux coiffeurs.

Un barbouilleur, technicien spécialisé aussi bien dans la teinture que dans la permanente.

                                                Le bigoude

                           Diminutif du petit objet qu’est le bigoudi.

                                              Une choucroute

                Chignon volumineux de cheveux crêpés sur le haut de la tête.

 

                                                     Une pâquerette

                                         Colorant raté qui fait des tâches

                 

Expressions avec le mot cheveux

  • Arriver comme un cheveu sur la soupe = Arriver à l’improviste
  • Avoir les cheveux en bataille = Être décoiffé, échevelé
  • Avoir mal aux cheveux = Avoir mal à la tête
  • Avoir un cheveu sur la langue = Zozoter
  • C’est tiré par les cheveux =  se dit de quelque chose qui n’est pas logique, simplifié à l’excès
  • Avoir les cheveux au vent = être au grand air
  • Couper les cheveux en quatre = Être tatillon, être très minutieux
  • Faire dresser les cheveux sur la tête = Inspirer un sentiment d’horreur
  • Il s’en est fallu d’un cheveu … = Cela a failli arriver, se produire
  • Manquer d’un cheveu = Manquer de peu, échouer de peu
  • S’arracher les cheveux = Être furieux, désespéré
  • Se faire des cheveux blancs = Se faire du souci
  • Se manger les cheveux en salade = Avoir peu à manger
  • Se prendre aux cheveux = Se battre

                 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2021 6 04 /09 /septembre /2021 10:58

 

Les affiches scolaires

Avant les diapositives et les rétroprojecteurs, les affiches scolaires étaient un outil indispensable de l'enseignement.

Ces affiches étaient accrochées au mur ou au tableau.

Les maîtres et les maîtresses d'école les utilisaient pour illustrer les cours.

Elles focalisaient l'attention de tous les élèves sur un même point, indiqué avec une règle en bois.

Les écoliers pouvaient ainsi travailler en commun.

Les affiches seront utilisées jusque dans les années 1980.

C'était "l'éducation par l'image"

Aujourd'hui, toutes les connaissances du monde sont accessibles en seulement quelques clics.

Il y avait quelques règles à respecter

 

 

La lecture

 

 

Les cartes

 

Tableau mural poids et mesures

 

 

 

 

L'alcool

 

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2021 6 28 /08 /août /2021 17:02

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2021 5 20 /08 /août /2021 00:04

Braises ravivées

Jeter une poignée de gros sel sur les braises permet au feu de reprendre vigueur  très rapidement   

Bouchons réutilisés

Ne jetez plus les bouchons de liège des bouteilles de vin :

Elles serviront d'allume-feu si vous les gardez dans

un récipient rempli d'alcool ménager.

Mettez des bouchons de liège dans votre corbeille

de fruits pour empêcher qu'ils ne s'abiment.

Et pour chasser les mouches noires de votre plat de fruits

conservez les bouchons de liège de vos bouteilles de vins

et mettez-les dans le panier à fruits

Durée de cuisson d'un rosbif

Un doute sur le temps de cuisson d'un rosbif?

Avant de l'enfourner mesurez sa circonférence avec un

mètre de couturière.

Son "tour de taille" vous donnera son temps de cuisson :

20 cm pour 20 minutes.

Dorer un rôti

Avant la cuisson, arrosez votre rôti de jus de citron.

Cela vous permettra d'obtenir un rôti bien doré et

parfumé grâce au jus de citron.

 

Cuisson des pâtes

Le sel que vous mettez dans l'eau pour les pâtes retarde

son ébullition et cela consomme plus d'électricité et de gaz.

Il suffit de ne mettre le sel qu'au moment de l'ébullition

juste avant de mettre les pâtes.

Alléger une omelette

 

Versez une cuillère à soupe d'eau (ou de lait) par jaune d'oeuf

dans votre omelette.

Cela va l'alléger et la rendre plus digeste.

Utilisez la même méthode pour les oeufs brouillés, ce qui 

offrira les mêmes avantages.

Les oeufs parfumés

Pour donner aux oeufs un goût particulier, il suffit de les enfermer quelques jours dans une boîte hermétique avec, au choix : basilic, curry, estragon, lard fumé, ail, truffe ...

En effet, l'odeur passe à travers la coquille.

 

Partager cet article
Repost0
11 août 2021 3 11 /08 /août /2021 17:15

 

Les jeux de cartes servent à jouer à presque tout. Poker, belote, bataille, etc. Selon le jeu auquel vous jouez, l’as est le plus fort, ou le plus faible.

Les figures du jeu de cartes

 

. Puis vient le roi, la reine et le valet. Les trois grandes figures d’un jeu de cartes. Mais saviez-vous que ces rois portent en réalité le nom d’un personnage historique ?

En effet, les rois d’un jeu de cartes portent le nom d’un roi ou empereur qui a marqué l’histoire par ses faits d’armes, ou encore celui d’un roi biblique. Ainsi, le roi de pique porte le nom de David, celui qui a vaincu le géant Goliath, mais aussi fondé l’ancien État israélite et est devenu le deuxième roi d’Israël. Le roi de trèfle porte le nom d’Alexandre, faisant ainsi référence à Alexandre le Grand, roi de Macédoine et conquérant de l’Empire perse. Le roi de cœur, quant à lui, porte le nom de Charles, faisant allusion, sans aucun doute, à Charlemagne ou Charles Ier dit « le Grand », roi des Francs et plus tard empereur carolingien. Pour finir, le roi de carreau n’est autre que Jules César, le général et consul romain le plus connu.

 

Les dames représentent chacune un personnage, typiquement une femme noble en costume associé à l'Europe des xvie et xviie siècles. Elles portent une couronne sur la tête, attribut de royauté. Les représentations régionales des dames, si elles sont relativement similaires, diffèrent néanmoins significativement sur les détails.

De façon unique, chacune des figures des cartes françaises porte un nom, inscrit dans un coin, dont l'origine et la signification sont incertaines1,2 :

 

Qui sont les Valets ?

Traditionnellement la plus faible des figures (sauf lorsqu’il est atout à la belote), le Valet revêt traditionnellement un rôle de serviteur dévoué.

C’est par exemple de cas de Lahire, le Valet de Cœur : Fidèle compagnon de Jeanne d’Arc qui combattit à ses côtés lors du siège d’Orléans, il tenta de la délivrer après sa capture.

L’identité du Valet de Carreau Hector est encore trouble : selon certains, il s’apparente au célèbre héros troyen, fils du roi Priam. Mais d’autres estiment qu’il s’agit plutôt d’Hector de Galard, valeureux capitaine de Charles VII puis chambellan de Louis XI.

Pas de doute en revanche pour Ogier, le Valet de Pique : on ne peut se tromper sur l’identité de ce chevalier danois légendaire, évoqué notamment dans les chansons de geste, et qui était l’un des fidèles de Charlemagne. Sa renommée peine à franchir les frontières du Danemark, ce qui est plutôt positif, car le Valet de Pique jouit d’une mauvaise réputation en France, où il figure souvent comme carte à éviter, par exemple au Polignac ou au Pouilleux.

Terminons avec Lancelot, le Valet de Trèfle : il s’agit évidemment du Chevalier de la Table Ronde, dévoué au roi Arthur (jusqu’à un certain point, puisqu’il commet le péché d’adultère avec la Reine Guenièvre) et chargé de mener la quête du Graal.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2021 3 20 /01 /janvier /2021 12:33

Cette attestation de déplacements va vous rappeler quelque chose.

En 1720 les attestations existaient déjà pour lutter contre la peste.

 

Sur Twitter, un historien a publié un laissez-passer établi au 18e siècle en pleine épidémie de peste, qui présente d'intéressantes similitudes avec les actuelles attestations de déplacement liées au coronavirus.

Daté du 4 novembre 1720, ce document a été rédigé alors que sévissait dans le sud de la France une épidémie de peste, dite peste de Marseille. Plus de 100.000 personnes y laissèrent la vie. «C'est une des dernières très grandes poussées épidémiques que connaît la France, à l'exception bien sûr de la grippe espagnole», souligne l'universitaire.

Ce sauf-conduit, vendu par la librairie Traces Écrites jeudi soir au prix de 500 euros, autorise Alexandre Coulomb, consul de 28 ans «de taille médiocre [ordinaire, NDLR] et aux cheveux châtains», à quitter Remoulins (Gard) «où il n'y a aucun soupçon de mal contagieux» pour se rendre à Blauzac (Gard). Le signataire, le juge-consul Fabre, «prie ceux qui sont à prier» de laisser librement circuler le jeune homme.

Bien plus qu'aujourd'hui, ce certificat illustré par les armes de la ville de Remoulins était en effet essentiel pour la personne qui le portait. «Au 18e siècle, la répression était très stricte. C'est pourquoi il était si important de disposer d'un sauf-conduit émanant d'une autorité», commente l'historien. «Cela montre l'importance qu'est en train de prendre la surveillance de l'État sur les individus.»

«À l’époque, même hors épidémie, les mobilités étaient réduites. Le monde était extrêmement compartimenté : on ne rentrait pas comme ça dans une ville», rappelle Jérémie Ferrer-Bartomeu. «On se méfiait de l'étranger et en période d'épidémie, ces réflexes profondément ancrés redoublaient.»

 

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2019 1 30 /12 /décembre /2019 14:45

 

 

 

Pourquoi dit-on « raconter des salades » ?

« Raconter des salades » consiste à dire des mensonges. Il ne s’agit pas de simples petites contre-vérités mais plutôt d’un mélange complexe d’histoires ou de ragots plus ou moins vraies.

Cette expression, métaphore culinaire, date du XIXe siècle. Elle compare une salade, c’est à dire un assortiment d’ingrédients divers qui combinés donnent un résultat agréable au palais, à un ensemble d’histoires, fausses nouvelles, inventions proférés avec humour ou excuses et présentés le plus souvent de façon convaincante pour mieux les faire passer auprès d’un interlocuteur.

Tous ces ingrédients associés font une salade composée parfaitement assaisonnée pour être avalée sans difficulté. 

Après tout, dans certains cas ne vaut-il pas mieux raconter des salades pour faire avaler des couleuvres ?!

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2019 4 31 /10 /octobre /2019 18:00

 

 

Savez-vous que :

Quand les Anglais sont arrivés en Australie, ils ont été étonnés de voir un étrange animal qui faisait des bonds incroyables.  Immédiatement ils appelèrent un indigène et l'interrogèrent au moyen de signes.  Ils notèrent que les indigènes disaient  "Kan Ghu Ru" qu'ils ont transcrit par "Kangourou".

Or les linguistes détermineront quelques temps après que les indigènes voulaient dire "Je ne sais pas".

 

 

Savez-vous que :

Durant la guerre de sécession, quand les troupes se repliaient sur leurs quartiers sans aucune perte, on inscrivait sur une grande ardoise :"O. Killed." (zéro mort)

C'est de là que provient l'expression 'O.K." pour dire que tout va bien.

 

Savez-vous que :

Les conquistadores demandèrent aux indigènes du Yucatan, au Mexique, comment s'appelait ce lieu.

Ils répondirent "Yucatan".  Ce qui signifiait : "Je ne suis pas d'ici".

 

Le saviez-vous?

Explication de la phrase "Qu'un sang impur abreuve nos sillons"
A l’époque, ce qu’on appelait le sang pur, c’était le sang des nobles qui, seuls, pouvaient prétendre au Pouvoir et à des fonctions d’officiers dans l’armée. Lors de la Révolution, et notamment de l’attaque des autrichiens, les nobles se sont enfuis et ne restaient donc que des « Sangs impurs » (Républicains), par opposition au « Sang pur » (royaliste). Au cri de la « Patrie est en danger », c’étaient des gens du peuple qui prenaient les armes pour combattre l’envahisseur et qui étaient disposés à verser leur sang pour la liberté.
Et les sillons sont des tranchées creusées un peu partout dans la campagne et les champs, lors des sanglantes batailles.
« Qu’un sang impur abreuve nos sillons » signifie donc que c’est notre « Sang impur » à NOUS, le peuple, qui nourrira nos terres.
En aucun cas il ne s’agit du sang de l’ennemi. Ce serait bizarre et incohérent quand même, de chanter que le sang de l’ennemi nourrit nos terres, nos sillons.

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 13:48

 

Belledonne

La chaîne de Belledonne  est un massif des Alpes françaises situé aux portes de Grenoble, principalement en Isère, le versant nord-est se trouvant en Savoie.  Elle culmine à 2977 mètres.

Les habitants sont appelés Belledonniens.

 

Lieu de tournage.

Le somptueux décor des pics enneigés de Belledonne a été utilisé dans plusieurs films :"Le Hussard sur le toit" où la dernière scène est tournée depuis le parc du château de Montbonnot, face à Belledonne.

 

"Les rivières pourpres" dont plusieurs scènes ont pour décor la vallée de la Romance, principalement dans l'ancienne maison de Charles Albert Leller à Livet-et-Gavet, entre Belledonne et Taillefer.

 

Le pavillon Keller est la maison de Charles Albert Keller (ingénieur des arts et métiers) située à Livet-et-Gavet, dans le département de l'Isère. L'édifice est labellisé Patrimoine en Isère

 

Une partie de la maison, haute de quatre étages et dotée d'un toit à pans coupés typique du début du xxe siècle, est construite en pierre (l'inscription « Établissements Keller et Leleux » y figure encore), alors que la seconde, en béton armé, est construite sur de grands pilotis en position dominante au-dessus de la Romanche : là se trouvait le bureau de Charles-Albert Keller, depuis lequel il pouvait observer l'ensemble de ses ateliers et usines situés de part et d'autre de la rivière. Actuellement, la maison est visiblement peu entretenue.

"La Petite Chartreuse" où le personnage de l'histoire fait des randonnées dans Belledonne.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents